A.Etienne : "J'espère arrêter avec une médaille olympique autour du cou !"

A 22 ans, Axelle Etienne rêve désormais d'une médaille olympique. Photo : J.-P. Loyer

Lauréate du premier Prix Etienne-Fabre en 2017, Axelle Etienne continue de briller dans la discipline du BMX. Médaillée de bronze des Mondiaux en 2019, nous sommes partis prendre de ses nouvelles.

Bonjour Axelle ! Depuis 2017, du chemin a été parcouru… Où es tu désormais ?

Tout se passe bien, je suis désormais en école de kiné. Je dédouble mes années afin de concilier au mieux mes études avec mon entraînement et les compétitions. Je devais faire en deux ans ma première année normalement, mais nous avons eu beaucoup de jours de courses, et avec la préparation pour les Jeux Olympiques, je me suis résolue à la passer en trois ans. Je suis donc actuellement dans ma deuxième première année et tout se passe bien.

 

Et sportivement, es-tu satisfaite de ton évolution ?

Sportivement tout va bien également, j’ai fait une bonne saison l’an dernier en terminant 3e des Mondiaux. C’était incroyable, parce que j’avais été blessée toute l’année 2018, ça a vraiment été très dur pour moi de revenir. J’étais vraiment très contente.

 

La période actuelle est délicate… Comment as-tu vécu le confinement ?

Le confinement m’a permis de travailler plus de matières que prévues, à l’école. Le but est d’être plus tranquille l’année des Jeux. Quand j’ai appris qu’ils étaient reportés à 2021, j’ai décidé d’alléger au maximum mon programme scolaire de l’année prochaine. Je fais donc plus de matières cette année. La qualification pour les Jeux Olympiques demande beaucoup de préparation, et beaucoup de courses, je serai donc plus tranquille.

 

Et côté sportif ?

J’ai gardé une activité physique pendant le confinement, mais moindre que d’ordinaire puis que je ne pouvais pas rouler. Je me suis entretenue, j’ai acheté des appareils pour pouvoir faire de la musculation à la maison. 

  

Quels sont tes objectifs à court terme ? 

C’est difficile d’avoir de la visibilité pour cette année, parce que le calendrier est encore flou. Les dates ne sont pas sûres, on ne sait pas quand auront lieu les Mondiaux… C’est dur de se projeter, et puis il y a 2021 qui arrive vite, et qui comptera beaucoup. Je continue donc les entraînements, en ce moment je suis chez mes parents, mais le centre de Saint-Quentin en Yvelines devrait rouvrir la semaine prochaine (l’entretien a été réalisé début juin ndlr). 

 

Quelle est ta journée-type ?

Une journée type pour moi, c’est entraînement et école. Je m’entraîne deux fois par jours, et je n’ai pas beaucoup de matières à suivre grâce au dédoublement de mes années. Donc je fais une séance le matin, je vais en cours l’après-midi, et j’enchaîne directement avec mon deuxième entraînement. Mon école est dans la même ville, c’est plus pratique pour concilier les deux. 

 

A quoi t’a servi le Prix Etienne Fabre ?

La bourse m’a aidée à réaliser mon projet scolaire. Cela m’a vraiment servi de tremplin dans mon double projet. Qu’on me dise, “on a confiance en toi, “on t’aide”... cela m’a boostée. Je pense que ça aide à ne pas lâcher, quand il y a des moments de moins bien. Et puis c’est bien de pouvoir rendre hommage à Etienne Fabre, de faire en sorte qu’on ne l’oublie pas. 

 

Quel est ton meilleur souvenir scolaire pour l’heure ?

Le meilleur souvenir que j’ai, c’est le jour où j’ai appris que j’étais prise en école de kiné. Je ne me plaisais pas vraiment à la fac, donc j’étais vraiment ravie de savoir que j’allais étudier ce que j’aimais !

 

Dernière question… Comment te vois tu, dans dix ans ? Encore sportive de haut-niveau, ou à la tête de ton propre cabinet de kinésithérapie ?

Je ne me suis jamais posée la question… Cela dépend de tellement de choses ! Je ne sais pas si je serai encore en activité ou non, en général les athlètes arrêtent à la trentaine. Et puis ça dépend du parcours, des blessures… Mais je sais que si je ne fais plus de BMX, je pourrais exercer mon métier donc je suis sereine. J’espère arrêter avec une médaille olympique autour du cou !

 

30 juin 2020 - Mathilde L'Azou

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Copyright Chambéry Cyclisme Formation