Alexandre Léauté : "Mon père m'a toujours soutenu et motivé et c'est ce qui a fait que j'ai persévéré"

Atteint d'une hémiplégie à la suite d'un AVC, Alexandre Léauté a perdu 85 à 95% de sa puissance musculaire sur la moitié de son corps. A 20 ans, il est un spécialiste du para-cyclisme sur piste et route, et membre en équipe de France handi-sport.

 

SON PARCOURS A VELO

"Mon père est un passioné de vélo. Il a évolué en élite nationale, soit le meilleur niveau du cyclisme amateur en France. A 14 ans, j'ai décidé de faire pareil, et je me suis inscris au club de VCP Ludec. J'ai commencé par faire des compétitions sur route avec les valides et je prenais des raclés tous les week-ends. Mon père m'a toujours soutenu et motivé et c'est ce qui a fait que j'ai persévéré. A 17 ans j'ai pu participer à ma première course handi-sport et là ça a été complètement différent. J'ai remporté la course et on est venu me voir à la fin pour me proposer de rejoindre le pôle handi-sport de URT Vélo 64. Après avoir discuté avec mes parents sur mon projet et mes ambitions, j'ai obtenu leur accord pour rejoindre le club. J'ai commencé le vélo de piste là-bas et j'ai fait ma première compétition à Machester. Je n'ai pas gagné, mais j'ai réussi à faire une performance qui m'a valu une sélection en équipe de France. Je m'entraîne dur chaque jour et c'est ce qui fait que j'arrive à être en constante progression que ce soit dans les deux disciplines. J'ai vite senti le changement et c'est ce qui m'a fait gagner mes titres de champion du monde.

 

SES ETUDES

"Pour mes études supérieures, je me suis orienté vers un BTS en maintenance industrielle que j'ai validé. J'ai pour cette année, décidé de prendre une année sabbatique pour me concentrer à 100 % sur ma saison de vélo, et après les jeux de Tokyo en 2020, je m'inscrirai en licence en éléctro technologique. J'ai comme projet de reconversion de travailler dans la maintenance électrique.

 

LE PRIX ETIENNE-FABRE

"La bourse va me permettre de moins penser au côté financier avec ma famille cette saison. Elle va me permettre de pouvoir m'acheter un nouveau vélo de chrono et financer quelques dépenses quotidiennes.

 

Mes prochains objectifs sportifs sont de terminer à une belle place lors des championnats du monde de para-cyclisme sur piste à Rio en mars prochain, et de décrocher une qualification pour les jeux de Tokyo. Je pense vraiment pouvoir en être capable et je suis prêt à tout pour aller la chercher.

 

Dernières modifications en octobre 2020

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Copyright Chambéry Cyclisme Formation